Souffle à l’Espace Saint-Pierre

du 11 octobre 2018 au 17 octobre 2018

Présentation PDF

Une sélection d’œuvres de la collection Francès pour insuffler la vie.

Vernissage le mercredi 10 octobre de 18h à 20h à l’église désacralisée Saint-Pierre de Senlis.

 

La fondation d’entreprise Francès présente l’exposition SOUFFLE en deux lieux différents : l’espace Saint-Pierre à Senlis et l’espace Oscar Niemeyer à Paris.
Cinquante-quatre œuvres à couper le souffle. L’expression parait simpliste, facile. Mais se plonger sans retenue – un exercice difficile – dans ce corpus d’œuvres offre la possibilité de poser un regard à la fois intérieur et altruiste sur la condition humaine. Vingt-cinq œuvres visibles à l’espace Oscar Niemeyer à Paris à travers un parcours de vie qui oscillent entre souffrance, maturité et plaisir, puis, vingt-neuf œuvres à l’espace Saint-Pierre, Senlis, pour se confronter à la question de la transmission et de la réparation des traumatismes en particulier ceux liés en temps de guerre. Pour ces deux accrochages, la métaphore du “souffle” apparait doucement en filigrane. En deux lieux à l’architecture aux antipodes, l’une minimaliste et internationale et l’autre historique et patrimoniale.

Souffle à Senlis propose de poursuivre cette immersion dans l’Histoire. Moins orientée sur l’expérience individuelle et subjective, cette exposition observe notre société contemporaine et ses dérives, ce qu’elle produit et ce qu’elle anéantit.
Les œuvres prennent place dans une église désacralisée, l’espace Saint-Pierre. Elles s’intègrent parfaitement dans ce lieu vidé de tout caractère sacré et intouchable pour transmettre et tenter de réparer en toute liberté. Les commémorations du Centenaire de la Première Guerre Mondiale résonnent avec sens à travers certaines œuvres, en particulier celles évoquant les gueules cassées. Tandis que la thématique Art & Paix que développe l’association La Fabrique de l’Esprit, membre des
clubs pour l’UNESCO, plane fortement tout au long du parcours de Saint-Pierre afin d’insuffler un nouvel élan.

 

Vous avez manqué l’exposition SOUFFLE ? Pas de panique, découvrez les œuvres exposées et leur commentaire dans le livret de médiation de l’exposition !

Souffle à l’Espace Saint-Pierre
Souffle à l’Espace Saint-Pierre
Souffle à l’Espace Saint-Pierre
Souffle à l’Espace Saint-Pierre
  • La loi normale des erreurs
  • La loi normale des erreurs
  • La loi normale des erreurs
Raphaël Denis

La loi normale des erreurs

La spoliation des oeuvres d’art par les nazis sous l’Occupation est au coeur de ce travail. Constitué d’un portrait peint à l’huile et de cadres savamment retournés et de différentes tailles, ces tableaux créent l’absence et dénoncent l’horreur de ce pan de l’Histoire. Raphaël Denis s’intéresse de près au marché de l’art et aux collectionneurs, La loi normale des erreurs évoque ainsi le rapport à l’objet “oeuvre” ainsi que sa valeur pécuniaire, sentimentale ou intellectuelle. En retournant ces cadres, dont les dimensions rappellent réellement celles d’oeuvres spoliées, l’artiste inscrit le numéro d’inventaire apposé par l’administration nazie en charge du dépouillement et correspondant à l’oeuvre en question. Ce numéro fait apparaitre l’absence de l’oeuvre et se substitue à elle. Au dos, l’artiste a néanmoins collé la notice de l’oeuvre avec sa photographie et ses informations techniques. Enfin, l’installation de l’oeuvre n’est pas anodine, elle rappelle les zones de stockage où étaient accumulées les oeuvres en attente de destruction ou de récupération par de hauts dignitaires nazis, lorsque celles-ci n’étaient pas estampillées “art dégénéré”. Le portrait de l’anonyme tronant au-dessus de cette ligne de tableaux pourrait tout aussi bien être celui d’un collectionneur ou d’une personnalité politique de cette période, ou bien encore ” le témoin muet voire la conscience universelle”, une définition proposée par Daniel Bosser, collectionneur français.

 

Matériaux : 23 cadres anciens, graphite sur bois et huile sur toile
Hauteur : 193 cm
Largeur : 613 cm
Glassdome with Cripplewood II
Berlinde de Bruyckere

Glassdome with Cripplewood II

La sculpture de l’artiste gantoise Berlinde de Bruyckere rappelle la peau, la chaire. Habillée de bois et de tissus, sa fragilité se traduit aussi par la protection de sa cloche de verre, permettant au regardeur d’expérimenter de près comme de loin l’œuvre, sans franchir les limites de ce territoire tout en chair. Son aspect singulier apporte son lot de sensations : dégoût, curiosité, attirance, multiples questionnements sur sa signification. L’artiste réalise un fragment réunissant en son sein à la fois les notions de souffrance et de plaisir, dualité inhérente à la condition humaine. Elle s’inspire également de la passion du christ (thème récurrent dans son travail) ce qui explique la présence du bois rappelant la crucifixion. Le tissu et le fil s’entremêlent pour protéger et réparer ce qui est encore possible de sauver. Elle connait aussi et enfin l’œuvre de Lucas Cranach l’Ancien et sa vision des plaisirs de la chair, ainsi que celle du cinéaste italien très controversé, Pasolini.

Année : 2013-2014
Édition : (pièce unique)
Matériaux : Cire, bois, verre, epoxy, polyester, tissu
Hauteur : 77 cm
Largeur : 35 cm
Enfant pleurant son père
Christine Spengler

Enfant pleurant son père

Année : 1974
Édition : Edition non limitée
L’arbre et son ombre
Samuel Rousseau

L’arbre et son ombre

Année : 2008/2009
Édition : (pièce unique)
Matériaux : Projection HD sur arbre en bois sur socle en acier, livrée avec projecteur, lecteur média, disque dur avec fichier vidéo
Hauteur : 253 cm
Largeur : 400 cm
Profondeur : 680 cm
Untitled
Kader Attia

Untitled

Année : 2014
Édition : Pièce unique
Matériaux : Collage papier sur carton
Hauteur : 49 cm
Largeur : 69 cm
Factory
Mircea Suciu

Factory

Mircea Suciu peint mais surtout dessine au fusain de très grands formats en clair-obscur noir, gris et blanc qui apportent encore plus d’intensité dramatique. Factory illustre la sélection effectuée par les nazis. À l’intérieur des camps de concentration, les déportés, choisis arbitrairement, passent nus devant les soldats assistés d’un médecin. Selon leur état physique, ils sont renvoyés au travail ou exécutés.

Année : 2011
Édition : (pièce unique)
Matériaux : Huile sur toile
Hauteur : 90 cm
Largeur : 90 cm
Gueule cassée, Masque malade’ (Broken face, Sick mask)
Kader Attia

Gueule cassée, Masque malade’ (Broken face, Sick mask)

Année : 2013
Édition : (pièce unique)
Matériaux : Sculpture en marbre, masque antique en bois
Hauteur : 60 (buste) 18 (masque) cm
Largeur : 52 (buste) 25( diamètre masque) cm
Profondeur : 28 (buste) cm
Black Painting No.102
Nguyen Thai Tuan

Black Painting No.102

Année : 2011
Édition : (pièce unique)
Matériaux : Huile sur toile
Hauteur : 150 cm
Largeur : 130 cm
Visuel en attente d'autorisation des droits de reproduction et représentation
Neil Beloufa

Chutes

Année : 2015
Édition : Edition 1/3
Matériaux : Acier, résine epoxy, pigments
Hauteur : 75 cm
Largeur : 45 cm
Apoteosi del Vago
Nicola Samorí

Apoteosi del Vago

Sur l’œuvre Apoteosi del vago, Nicola Samorí retire entièrement le voile de Sainte Véronique et lui confisque la parole en masquant le bas de son visage. L’artiste fait ressurgir la noirceur profonde et inquiétante de ces personnages qu’il juge trop lisses. Il offre également la possibilité de réinventer, de construire une nouvelle histoire, d’effacer le passé pour laisser place à l’avenir.

Année : 2012
Édition : Pièce unique
Matériaux : Huile sur cuivre
Hauteur : 100 cm
Largeur : 100 cm
Reparatur #3
Kader Attia

Reparatur #3

Année : 2013
Édition : (pièce unique dans une série de pièces uniques)
Matériaux : Miroir et attaches + lithographie
Hauteur : 30 (miroir) // 43 (lithographie) cm
Largeur : 24 (miroir) // 52 (lithographie) cm
Visuel en attente d'autorisation des droits de reproduction et représentation
Marina Abramović

Lips of Thomas’ (Star on stomach)

Année : 1975
Édition : Ed. 7/16 + 3 AP
Matériaux : Photographie + lettre
Hauteur : 49,5 (photo) // 26 (lettre) cm
Largeur : 59,7 (photo) // 18,4 (lettre) cm
Hunger
Adrian Ghenie

Hunger

Année : 2008
Édition : (pièce unique)
Matériaux : Huile sur toile
Hauteur : 30,5 cm
Largeur : 40,4 cm
Profondeur : 2 cm
Untitled (Collage en volume)
Kader Attia

Untitled (Collage en volume)

Matériaux : Collage. Coque de scooter, boîte en carton et fibre de verre
Hauteur : 65 cm
Largeur : 40 cm
Profondeur : 33 cm
Double Projection #1 (Where the Silence Fails)
Meiro Koizumi

Double Projection #1 (Where the Silence Fails)

Cette vidéo est la dernière d’une série de trois. Meiro Koizumi a travaillé de concert avec un véritable pilote Kamikaze, Mr Tadamasa Itazu. En 1945, celui-ci est volontaire pour devenir Kamikaze. Il forge durant sa formation une amitié sans faille avec Mr Ashida. Au cours d’une mission, sur son trajet pour attaquer un navire américain à Okinawa, son avion rencontre un problème moteur et il s’écrase sur l’île. Il survit à cette mission qui devait l’envoyer vers une mort certaine. Pour les pilotes Kamikaze survivre à une mission est un échec, mourir est un honneur ultime. Depuis ce jour il vit avec un grand sentiment de culpabilité envers ses pairs morts avec succès dans la même mission, et en particulier Mr Ashida.

Année : 2013
Édition : Ed. 2/5 + 2 AP
Matériaux : 2 channel video installation, 15'48''
Visuel en attente d'autorisation des droits de reproduction et représentation
Christian Boltanski

Tiroir

Tiroir est une oeuvre directement issue de ses recherches sur la Shoah. Elle témoigne du passage de l’être par sa forme (l’autel) tandis que la photographie renforce davantage l’idée de disparition, d’absence.

Année : 1988
Édition : Pièce unique
Matériaux : Photographie encadrée, vêtement dans un tiroir en étain, lampe et fil électrique
Hauteur : 94 cm
Largeur : 61 cm
Profondeur : 40,6 cm
La mise en tombeau, Avril 1997, Ville Evrard’ (série I.N.R.I)
Bettina Rheims

La mise en tombeau, Avril 1997, Ville Evrard’ (série I.N.R.I)

Année : 1997
Édition : Ed. 3/7
Matériaux : Tirage couleur, photographie originale
Hauteur : 154 cm
Largeur : 125 cm
Visuel en attente d'autorisation des droits de reproduction et représentation
Jake & Dinos Chapman

The wheels on the bus go round and round, round and round, round and round, the wheels on the bus go round and round, all day long”

Une partie du travail de Jake et Dinos Chapman consiste à réaliser des maquettes recouvertes de figurines en modèle réduit. Les scènes représentées sont toujours d’une extrême violence, nombre d’entre elles ont pour thème le nazisme et illustrent l’Holocauste. The wheels on the bus go round and round, round and round, round and round, the wheels on the bus go round and round, all day long est une maquette impressionnante, une autre version de l’œuvre non moins emblématique des frères Chapman, Fucking hell, longtemps exposée à la Punta della dogana de Venise. Cette œuvre reproduit le carnage hitlérien avec sa propre armée. Il est ici question de dénoncer la barbarie nazie. Chacune des figurines, représentant des soldats SS ou des généraux nazis, est soumise à cet enfer fait de tortures en tout genre. Une roue composée de cadavres semble se déplacer et écraser, au fur et à mesure de ses incessants passages, la machine de guerre hitlérienne.Dans un espace réduit, les deux artistes mettent en exergue les tabous du passé, ils concentrent et exposent à la lumière la violence d’un peuple, l’inhumanité d’une nation et font de l’horreur une scène de jeu.

Année : 2012
Édition : (pièce unique)
Matériaux : Glass-fibre, plastic and mixed media
Hauteur : 150 cm
Largeur : 70 cm
Profondeur : 70 cm
Série On crève ici
Aime Mpane Enkobo

Série On crève ici

Dans la série On crève ici, l’œuvre dévoile une trace, une mémoire et des aspérités qu’on aimerait cacher sous un masque.

Année : 2007
Édition : pièce unique
Matériaux : Portrait gravé et peint sur bois : taille directe à l'herminette de panneaux de bois multiplexface aux modèles, acrylique
Hauteur : 31 cm
Largeur : 32 cm
Profondeur : 6 cm
  • Untitled : Group Portrait, Broken Faces
  • Untitled : Group Portrait, Broken Faces
Eric Manigaud

Untitled : Group Portrait, Broken Faces

Année : 2016
Édition : Pièce unique
Matériaux : Crayon, poudre de graphite sur papier
Hauteur : 60 cm
Largeur : 80 cm
On crève ici’ série 2007
Aime Mpane Enkobo

On crève ici’ série 2007

Année : 2007
Édition : (pièce unique)
Matériaux : Portrait gravé et peint sur bois : taille directe à l'herminette de panneaux de bois multiplexface aux modèles, acrylique
Hauteur : 31 cm
Largeur : 32 cm
Profondeur : 6 cm
Latrine by nacht in block, Polen 1944
Ronald Ophuis

Latrine by nacht in block, Polen 1944

Une œuvre à la fois touchante et tragique où ce qui pourrait être l’acte ultime de destruction devient le seul moyen de résister. Cette vision d’horreur est aussi une vision de survie, un lieu de résistance, de complot. Dans cet ultime recoin de l’univers, la frontière s’efface entre humanité et animalité.

Triptyque

Année : 2001
Édition : Pièce unique
Matériaux : Huile sur toile
Hauteur : 340 cm
Largeur : 480 cm
Le Cri
Aime Mpane Enkobo

Le Cri

Tout comme l’uniforme, le masque chez Aimé Mpane Enkobo annihile toute expression personnelle, on ne montre pas qui on est, on joue à être un autre. Le masque est visible dans l’œuvre Le cri, en double, d’un côté le masque, et d’un côté le visage mis à nu.

Année : 2011
Édition : (pièce unique)
Matériaux : Peinture acrylique sur panneau triplex
Hauteur : 32 cm
Largeur : 30 cm
Profondeur : 6 cm
Visuel en attente d'autorisation des droits de reproduction et représentation
Hans-Peter Feldmann

Portrait of woman with wounded blue eye

Année : 2011
Édition : (pièce unique)
Matériaux : Huile sur toile
Hauteur : 55 cm
Largeur : 64 cm