a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Julien Vignikin

Né en 1966 à Ouidah, Benin

Vit et travaille en France

 

Julien Vignikin grandit au Bénin. Dès son plus jeune âge, Vignikin passe beaucoup de temps dans l’atelier de couture de sa mère. En 1976, ses parents l’envoient en France pour qu’il puisse parfaire son éducation scolaire. Cette décision va être vécue pour l’artiste comme une déchirure. En France, il réside chez son frère ainé pendant quelques temps mais sera rapidement placé dans un pensionnat. Cette expérience isole Vignikin. Sa famille étant loin, l’artiste raconte que les enseignants se relayaient pour l’accueillir le weekend. Les ruptures et rencontres éprouvées tout au long de sa jeunesse seront des éléments essentiels à sa base créative. À la suite de ses études secondaires, Vignikin intègre l’École Nationale des Beaux-Arts de Dijon, puis acquiert une formation d’infographiste à la CETEC-info à Paris. Au grand dam de ses parents qui souhaitaient le voir poursuivre des études de médecine, mais Vignikin a trop à dire, trop à raconter. Il utilise la peinture pour s’exprimer et s’inspire de la matière textile, très récurrente dans ses œuvres. Le textile est une forte resonance à sa mère et aux nombreuses heures passées dans son atelier de couture. Certaines notions se dévoilent dans ses œuvres : la famille, les ruptures, les liens intimes, le partage familial, cet ensemble se traduit au travers de son rapport à ses deux cultures : béninoise et française. L’artiste revisite le masque africain en utilisant des éléments de la culture française, en l’occurrence, des douves de tonneaux récupérées auprès de domaines vinicoles de Bourgogne. C’est donc par le biais de ces créations qui nous évoquent les masques traditionnels béninois, que l’artiste Julien Vignikin crée cette double identité occidentale et africaine.

 

Sans titre
Julien Vignikin

Sans titre

Année : 2019
Édition : Pièce unique
Matériaux : Huile sur papier
Hauteur : 94 cm
Largeur : 63 cm