a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Erwin Olaf

Né en 1959 à Hilversum, Pays-Bas. Vit et travaille à Amsterdam.

Après des études de journalisme à Utrecht, Erwin Olaf se lance dans la photographie de mode et la publicité. En 1980 il se consacre à la photographie d’art et en 1988 il est récompensé pour sa série intitulée Chessmen. Travaillant principalement par série, c’est le fil d’une histoire, la décomposition d’une image qui l’intéresse, exactement comme à la manière d’un travelling, le spectateur suit l’évolution de la série, plan par plan. Il est alors influencé par le cinéma de Fellini, Almodovar ou bien encore Lynch et Visconti. 

Erwin Olaf travaille ses photographies dans une scénographie extrême, toujours dans l’intimité feutrée d’intérieurs, jouant sur les contrastes forts des couleurs, comme les noirs et les blancs dans les séries Dusk et Dawn en 2010, ou dans des environnements de types flamands ou scandinaves tels que dans Rain (2004) ou Berlin (2012). La lumière, obsession première de l’artiste, est le point d’ancrage de chacune de ses compositions. Chaque personnage tourne autour de la lumière, c’est elle qui guide les gestes et les expressions, créant une symbiose qui affirme ce choc esthétique et cette expérience sensorielle. Des ambiances qui ne sont pas sans rappeler les oeuvres d’Edward Hopper ou Jan van der Vermeer qui créait ses tableaux grâce à une boite où était projeté de la lumière, la fameuse “camera obscura”, ancêtre de l’appareil photographique, tout un symbole pour Erwin Olaf. Une photographie narrative qui évoque donc les grandes figures de l’Histoire de l’art allant du XVIIème siècle hollandais aux photographies du XXème siècle de Robert Mapplethorpe ou Gregory Crewdson. Et sur le fond, c’est une exploration subtile des sentiments qui se manifeste, à travers différentes cultures, races, genres, ou milieux socio-économiques. 

 Ces personnages solitaires sont mis en scène dans un cadre délimité par l’artiste, il capture leurs émotions pour mieux les contrer. Cette idée de profondeur de l’être, et d’être, est le fil conducteur de ses photographies. Une vision très personnelle, voir autobiographique, du poids des secrets, de la solitude, des non-dits, dispersant de-ci de-là des sentiments qui, selon l’artiste, sont les maux de notre société contemporaine : honte, doute, culpabilité, stress, crise identitaire, perte de repères…etc.  Pourtant, il suffit de s’éloigner de cette tension et s’intéresser davantage à l’aura que procure la lumière de ses photographies, considérée comme une forme allégorique de l’espoir. Celui-ci trouve sa place dans une thématique chère à l’artiste: le jeu. Le jeu annonce la dualité, les oppositions pour aller vers l’engagement et le combat ultime, afin d’atteindre une renaissance tant convoitée.

Hope V’  (Série Hope)
Erwin Olaf

Hope V’ (Série Hope)

Année : 2005
Édition : Ed. 5/10
Matériaux : Lambda-print
Hauteur : 120 cm
Largeur : 120 cm
Barbara Portrait’ (série Grief)
Erwin Olaf

Barbara Portrait’ (série Grief)

Année : 2007
Édition : Ed. 3/10
Matériaux : Lambda-print
Hauteur : 133 cm
Largeur : 100 cm
Margaret Portrait’ (série Grief)
Erwin Olaf

Margaret Portrait’ (série Grief)

Année : 2007
Édition : Ed. AP2
Matériaux : Lambda-print
Hauteur : 133 cm
Largeur : 100 cm
Irene Scene’ (série Grief)
Erwin Olaf

Irene Scene’ (série Grief)

Année : 2007
Édition : Ed. 4/10
Matériaux : Lambda-print
Hauteur : 100 cm
Largeur : 177,8 cm
Royal Blood’ Portfolio 9 images
Erwin Olaf

Royal Blood’ Portfolio 9 images

Année : 2000
Édition : Ed. x/15, AP3
Hauteur : 9 x 24 cm
Largeur : 9 x 21 cm
Jackie O 12:29 PM et 12:30 PM (Série Royal Blood)
Erwin Olaf

Jackie O 12:29 PM et 12:30 PM (Série Royal Blood)

Année : 2000
Édition : Ed. HC
Matériaux : Lambda-print
Hauteur : 2 x 75 cm
Largeur : 2 x 75 cm
Julius Caesar + 44 B.C. (Série Royal Blood)
Erwin Olaf

Julius Caesar + 44 B.C. (Série Royal Blood)

Année :
Édition : Ed. AP 1
Hauteur : 124,5 cm
Largeur : 121,3 cm
Di +1997′  (Série Royal Blood)
Erwin Olaf

Di +1997′ (Série Royal Blood)

Année :
Édition : Ed. 5/7
Hauteur : 74,3 cm
Largeur : 74,3 cm
The soldier’ (Série ‘The Dusk)
Erwin Olaf

The soldier’ (Série ‘The Dusk)

Année : 2009
Édition : Ed. 2/10
Matériaux : Lambda-print
Hauteur : 121 cm
Largeur : 229 cm
The Keyhole 7
Erwin Olaf

The Keyhole 7

« Après le bruit et la provocation, j’aspire au silence, à ramasser l’émotion dans une image étroite. C’est ce que je tente de faire par exemple, dans ma série « The keyhole » (trou de serrure), avec ces personnages qui nous offrent seulement leur nuque. Si je ne parle pas forcément de ma solitude, j’essaie de capter celle des autres. »

Année : 2012
Édition : Ed. 1/7
Matériaux : C-print, diasec
Hauteur : 113 cm
Largeur : 83 cm
Chessmen The Black King’  (Série Chessmen)
Erwin Olaf

Chessmen The Black King’ (Série Chessmen)

Année : 1988
Édition : Ed. 2/5
Matériaux : c-print
Hauteur : 100 cm
Largeur : 100 cm
Separation 3′ (Série Separation)
Erwin Olaf

Separation 3′ (Série Separation)

Année : 2003
Édition : Ed. 2/7
Matériaux : Lambda-print
Hauteur : 100 cm
Largeur : 188 cm
The Boxing School’  (Série Hope)
Erwin Olaf

The Boxing School’ (Série Hope)

Année : 2005
Édition : Ed. 7/12
Matériaux : Lambda-print
Hauteur : 70 cm
Largeur : 99,3 cm
Hope Portraits VIII
Erwin Olaf

Hope Portraits VIII

Année : 2005
Édition : Ed. 7/10
Matériaux : Lambda-print
Hauteur : 120 cm
Largeur : 120 cm
Troy Portrait’ (série Grief)
Erwin Olaf

Troy Portrait’ (série Grief)

Année : 2007
Édition : Ed. x/10
Hauteur : 133 cm
Largeur : 100 cm
Troy scene’ (série Grief)
Erwin Olaf

Troy scene’ (série Grief)

Année : 2007
Édition : Ed. 6/10
Hauteur : 100 cm
Largeur : 177,8 cm
Barbara Scene’ (série Grief)
Erwin Olaf

Barbara Scene’ (série Grief)

Année : 2007
Édition : Ed. 1/10
Matériaux : Lambda print on kodak Endura Paper
Hauteur : 101,6 cm
Largeur : 177,8 cm
Boardroom’ (Série Rain)
Erwin Olaf

Boardroom’ (Série Rain)

Année : 2004
Édition : Ed. HC
Matériaux : Digital c-print on Kodak Endura Paper
Hauteur : 122 cm
Largeur : 168 cm