a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Pascale Marthine Tayou

Né en 1967 à Nkongsamba (Cameroun)

Vit et travaille à Gand (Belgique)

Après des études de droit, il entame une carrière artistique et connaît un succès international dès les années 90 renforcé par sa participation à la Documenta 11 en 2002 et à la Biennale de Venise en 2005 et 2009. Les détritus (sacs en plastique colorés, chiffons, objets de rebut etc.) qui constituent le matériau principal des œuvres de Pascale Marthine Tayou, au lieu d’induire un mouvement de recul de la part du spectateur par la force de leur aspect rebutant et par la mise au jour brutale des excès de la société de consommation dans laquelle il évolue et à laquelle il prend part, forment, au contraire, par leur assemblage, un univers attrayant aux couleurs vives et acidulées. L’artiste exploite ainsi la banalité propre aux objets usuels, favorisant ainsi l’engagement du spectateur dans des œuvres participatives tout en l’invitant à reconsidérer ces objets en tant qu’éléments constitutifs d’une culture mondialisée. Les récits assurent non seulement la jonction de ces éléments hétérogènes mais les aident, en appliquant cette hybridation au langage même par le recours aux mots-valises notamment, à conter la société. Si les univers ainsi créés rappellent, par leur atmosphère, les métropoles africaines et si les œuvres de Pascale Marthine Tayou portent ses origines par des références constantes à l’Afrique, il se refuse à ce qu’elles soient l’unique reflet d’un ancrage géographique originel. S’employant à proposer une vision transversale, il adopte le point de vue de l’Afrique mais enrichit également sa vision de son expérience du monde occidental et donc de la diversité des regards parfois biaisés portés sur l’Afrique. Prenant pour point de départ le voyage d’un individu, il appréhende, par une opération de dézoomage, les interactions et les rapports de force entre les différentes aires géographiques. Cette volonté d’échapper à toute assignation géographique, culturelle et, plus largement, à toute catégorisation transparait au travers de son nom dont il fait un terrain d’expérimentation. Par l’ajout d’un « e » à ses deux prénoms, il trouble les représentations figées générées par le nom et révèle le caractère pluriel d’une identité constituée de strates.

 

 

 

Visuel en attente d'autorisation des droits de reproduction et représentation
Pascale Marthine Tayou

Poupée Pascale (passeport Bantou 09)

Année : 2011
Édition : (pièce unique)
Matériaux : Cristal, chocolat, techniques mixtes
Hauteur : 60 cm
Largeur : 25 cm
Profondeur : 18 cm
Visuel en attente d'autorisation des droits de reproduction et représentation
Pascale Marthine Tayou

Poupée Pascale

Année : 2011
Édition : (pièce unique)
Matériaux : Cristal, Techniques Mixtes (terre)
Hauteur : 58 cm
Largeur : 25 cm
Profondeur : 13 cm