Acte III. Mircea Cantor

du 05 septembre 2016 au 31 décembre 2016

Présentation PDF

ACTE III. Bellum & Maternitas

 

Lancé pendant la FIAC 2015 à Paris, avec la performance Zera de Mircea Cantor (prix Marcel Duchamp 2011), ce cycle d’expositions prit la forme pour la première fois à la Fondation d’un solo show. 

 

Pour rappel, l’acte I. affichait une immense carte du monde créé in situ à la bougie et nommée The world belongs to those who set it on fire. Celle-ci est passée par ART BASEL 2016 pour rejoindre une collection internationale.

Et pour l’acte II. Powerlessness-Aveu d’impuissance, Barack Obama s’effondrait face à son terrible échec, celui de n’avoir pu réformer son pays contre les armes à feu « un jour de honte pour Washington » déclarait-il. En effet, après la tragédie de Newtown où 26 personnes avaient trouvé la mort dans une école du Connecticut, le président américain proposait une série de mesures pour mieux encadrer et contrôler les ventes d’armes à feu, mais le Sénat a voté contre.

Enfin, l’acte III lève le voile sur le livre de l’artiste Bellum & Maternitas.

Ce premier ouvrage publié par « Les Éditions Francès » offre aux œuvres exposées un nouveau relief. Il réunit 55 dessins et illustrations des séries présentées à la Fondation et un dessin inédit.

Conçus en étroite collaboration avec l’artiste, les textes ont été confiés à Jane Neal, commissaire d’exposition indépendante britannique de renom (Galerie S2 de Sotheby’s Londres, Saatchi gallery, Courtauld Institute, et de nombreuses expositions à travers le monde). Cet ouvrage bilingue, français et anglais, est un écrin, un ouvrage d’art qui affirme les ambitions artistique et internationale de la Fondation.

Avec Bellum & Maternitas, Mircea Cantor questionne nos actes et nos fondements, entre la maternité chargée de bienveillance, et l’instinct de survie. Un retour au geste premier de l’artiste. Un trait épuré, vif, spontané, pour retranscrire la nature animale, le geste protecteur d’une mère, la transmission d’un père, la puissance du prédateur. Un trait sur une page blanche, sans artifice, sans calcul.

Mircea Cantor symbolise le fil sur lequel se balance l’humanité.

 

Pour compléter ce joyau, la Fondation a produit une série Collector de mini-médaillons à l’effigie de l’exposition et frappée par la Monnaie de Paris.

Le livre d’artiste Bellum & Maternitas, Mircea Cantor 2016 – Les Éditions Francès et le mini-médaillon frappé par la monnaie de Paris – prix public : 50 €

 

Cette exposition est mise en œuvre avec le soutien de l’Institut Culturel Roumain.
institut-culturel-roumain

 

Mircea Cantor avait présenté son œuvre, pour la dernière fois en France, en 2012 au Centre Pompidou. Le musée national d’art moderne convoque une nouvelle fois le talent de l’artiste et l’accueil à partir du 27 septembre dans le cadre d’une exposition sur la réception de l’œuvre de Brancusi dans la culture roumaine.

Acte III. Mircea Cantor
Acte III. Mircea Cantor
Acte III. Mircea Cantor
Acte III. Mircea Cantor
Acte III. Mircea Cantor
Acte III. Mircea Cantor
Acte III. Mircea Cantor
Acte III. Mircea Cantor
Acte III. Mircea Cantor
Acte III. Mircea Cantor
Acte III. Mircea Cantor
Série Maternitas
Mircea Cantor

Série Maternitas

Année : 2015
Édition : Pièce unique
Matériaux : Encre japonaise sur papier
Hauteur : 42 cm
Largeur : 29,7 cm
Chaplet
Mircea Cantor

Chaplet

Chaplet est une œuvre de 2007 représentant un fil de fer barbelé conçu uniquement avec les empreintes digitales de l’artiste et à partir d’une encre spécifique héritée de son expérience de graveur. Ce fil traverse de grands espaces, vides pour la plupart et délimitant un territoire. Par ce travail, l’artiste questionne l’identité, la singularité et l’origine. Le fil de fer barbelé évoque ainsi la frontière géographique mais également ce corps entravé et la violence à son encontre, c’est également le rapport à la biométrie. Aujourd’hui, nos ADN et empreintes corporelles sont en contrôle permanent. Épiées, fichées, nos empreintes digitales ne nous appartiennent plus.

Le titre de cette œuvre est en rapport avec le rendu esthétique de l’œuvre, sans aucun sous-jacent religieux. Il renvoie donc au visuel de l’œuvre qui ressemble à un chapelet mais également au processus de création faisant écho à l’utilisation religieuse du chapelet : chaque perle est égrenée au fur et à mesure des prières, un principe répétitif qui s’accorde avec le geste répétitif de l’artiste lors de la conception du fil barbelé. On y questionne également le temps qui passe, puisque c’est un mécanisme à la fois long et silencieux, invoquant l’esprit, la prière, tout en marquant l’espace de sa trace.

Année : 2007
Édition : Ed. 6/7
Matériaux : Empreintes à l'encre sur le mur
Hauteur : Variables cm
Largeur : max 250 cm