TRANSPLANTATION

du 23 mai 2019 au 26 mai 2019

Présentation PDF

Cette exposition est le fruit du travail de l’artiste Aimé Mpane accueilli dans le cadre de la résidence internationale La Fabrique de l’Esprit®, réalisée en partenariat avec l’Institut Français à la Cité Internationale des Arts de Paris du 10 janvier au 9 avril 2019.

EXPOSITION

TRANSPLANTATION présente des œuvres de l’artiste d’origine congolaise Aimé Mpane à l’espace Saint Pierre de Senlis. Peintre et sculpteur, le bois est le matériau qu’il affectionne le plus, faisant de cette essence un médium d’excellence dans la finalité artistique de sa réflexion. Il va jusqu’à comparer les caractéristiques du bois, ses différentes strates, avec les différentes couches de notre épiderme. L’assimilation bois et chair apparait très clairement. Le bois lui permet d’aborder des sujets complexes comme la corruption, la prostitution enfantine ou bien encore la cause des migrants, le rapport à la chair permet quant à lui, de les rendre tangibles, d’y apporter la sensibilité nécessaire et préalable à la prise de conscience de ces réalités.

Aimé Mpane est un artiste de la collection Francès, exposé pour la première fois en 2013 lors de l’exposition Carnaval. Cette exposition inaugure une réflexion autour de la transformation. “Carnelevare” (ôter la chair), ou “Incarnare” (revêtir la chair), par le masque traduit la manière dont sculpte Aimé Mpane : enlever la chair du bois par le biais de l’herminette et en révéler les structures et caractéristiques sous-jacentes. Jouant avec l’esthétique du masque, il met en œuvre un jeu de facettes, passant du fictif au réel et vice versa. Vouloir arborer le masque est aussi le moyen d’accéder fictivement au changement, à une nouvelle personnalité, une nouvelle vie. Il est très souvent question des origines congolaises de l’artiste, de la dictature et d’un peuple en quête de justice ou d’utopie dans un autre pays, une autre terre.

Le titre de cette exposition contient une double signification. Le préfixe “trans” souligne un passage et un mouvement, tandis que “planter” ancre physiquement une action, un objet ou une personne dont l’objectif est d’aboutir à une évolution ou à une croissance. Il y a bien cette question d’appartenance à une “terre” originelle que l’on quitte pour se développer autrement, dans l’espoir d’un succès, du passage d’une terre à une autre. Ainsi, Transplantation s’intéresse avant tout au territoire et à l’humain, c’est d’ailleurs une préoccupation majeure d’Aimé Mpane à travers la question de la migration dans des situations d’urgence, qu’il s’agisse des migrants, des réfugiés ou des exilés. Il aborde les faits et contextes qui sont à l’origine de ces déplacements : la guerre, le génocide, la politique, l’économie. La migration existe depuis la nuit des temps. Elle fait partie intégrante de notre condition, vécue différemment par les populations pour des raisons et des pratiques souvent très variées. Transplantation s’intéresse à ces populations qui changent radicalement de territoire et dont les pratiques, coutumes, pensées et langages s’en trouvent profondément bouleversés. En constatant très souvent que le premier exil pour ces personnes est la langue. Abandonner sa langue maternelle au profit d’une autre est le plus souvent un gage de survie. Et les liens sociaux et culturels dans un nouveau pays se nouent volontiers au sein d’un cours de langue organisé par des associations caritatives.

En partant de cette migration des populations venant se “transplanter” sur des terres d’accueil, il est alors intéressant d’établir une correspondance avec le sujet de la transplantation d’organes.
L’objectif est d’ailleurs commun : impulser la vie grâce à l’accueil d’un nouvel organe ou à l’arrivée sur un nouveau territoire et permettre ainsi de “sauver sa peau”. Le schéma est identique incluant un donneur et un receveur. Par conséquent, une interaction saine entre deux corps devient vitale pour permettre une intégration acceptable. Et quelles conditions doivent être réunies pour que la transplantation soit réussie ? Un projet aussi important que de créer une nouvelle vie dans un corps réinventé tant sur le plan social, politique, économique et culturel.

Au cœur de cette exposition, une catastrophe humaine contemporaine convoquant une réflexion attentive de ces situations d’urgence desquelles nous sommes si souvent spectateurs. Comprendre et éprouver de la sollicitude pour celui qui est enlisé dans ses difficultés est un premier pas pour défendre une humanité en détresse.

 

PROGRAMMATION

Des temps de rencontres avec l’artiste et des professionnels de l’art, ainsi que des spécialistes de la transplantation à l’image du Professeur Devauchelle, chirurgien maxillo-faciale du CHU d’Amiens et auteur de la première greffe de visage sont organisés. Sur le plan expérimental, cette résidence internationale a permis d’organiser avec l’artiste des ateliers auprès des personnes migrantes. Une restitution et des rencontres sont d’ailleurs proposées pendant l’exposition.

Transplantation est aussi l’occasion d’accueillir des publics scolaires et universitaires, dont les collégiens et lycéens avec lesquels La Fabrique de l’Esprit® travaille toute l’année dans le cadre de dispositifs de l’éducation nationale. Enfin, les visiteurs bénéficient d’une médiation systématique et permanente.

Toutes les informations concernant la programmation culturelle sont à venir sur lafabriquedelesprit.fr.

TRANSPLANTATION
  • Don’t touch me
  • Don’t touch me
Aime Mpane Enkobo

Don’t touch me

Année : 2006
Édition : Ed. 1/2
Matériaux : Jeu de marelle configuré par 158 palets de verre, sculpture en allumettes, une paire de chaussures rouge fluo, un moteur cc., un spot de projection
On crève ici’ série 2007
Aime Mpane Enkobo

On crève ici’ série 2007

Année : 2007
Édition : (pièce unique)
Matériaux : Portrait gravé et peint sur bois : taille directe à l'herminette de panneaux de bois multiplexface aux modèles, acrylique
Hauteur : 31 cm
Largeur : 32 cm
Profondeur : 6 cm
Série On crève ici
Aime Mpane Enkobo

Série On crève ici

Dans la série On crève ici, l’œuvre dévoile une trace, une mémoire et des aspérités qu’on aimerait cacher sous un masque.

Année : 2007
Édition : pièce unique
Matériaux : Portrait gravé et peint sur bois : taille directe à l'herminette de panneaux de bois multiplexface aux modèles, acrylique
Hauteur : 31 cm
Largeur : 32 cm
Profondeur : 6 cm