a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Pamela Earnshaw Kelly

Née en 1945, vit en Pennsylvanie rurale et à San Diego (États-Unis)

L’objectif de Pamela Earnshaw Kelly est d’explorer les possibilités expressives de l’argile sur des visages et des animaux. Pour y parvenir, elle réinterprète la technique du raku. Cette technique d’émaillage venue d’Asie est un procédé de cuisson qui provoque un violent choc thermique qui, symboliquement, réunit 3 éléments nécessaires à la Vie : la terre, le feu et l’eau. La poterie est, en effet, retirée incandescente du four avant d’être plongée dans du papier, de la paille ou de la sciure de bois pour y être enfumée. Elle peut ensuite être plongée dans de l’eau pour fixer un effet ou une nuance. Pour cette pièce au contact de la Terre (Touching the Earth), la technique du raku met en évidence des craquelures, des fêlures semblables à celle d’une terre asséchée, presque morte. Pour ce singe posé, presque prostré, l’avenir semble hypothéqué. Il semble l’accepter, prêt à le regarder se déliter sans se révolter. Il semble aussi nous interroger sur notre passivité. Sur son dos, une main féminine est dessinée. Que peut-elle vouloir signifier ? La proximité entre nos deux espèces ? La protection bienveillante mais impuissante d’une main maternelle ? L’évocation d’une vie qui se prolonge malgré les bouleversements climatiques et naturels ? La tendre affection de l’artiste pour cet animal dont elle est à la fois l’héritière et l’origine ? On le regarde avec tendresse et avec distance oubliant ce qu’écrivait Robert Desnos : « Il y a beau jour que tout le monde sait que l’Homme descend du singe, mais on le cacha longtemps pour ne pas humilier le singe. »

Touching the Earth
Pamela Earnshaw Kelly

Touching the Earth

Année : 2004
Édition : (pièce unique)
Matériaux : Raku
Hauteur : 40 cm
Largeur : 60 cm
Profondeur : 100 cm