a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Malick Sidibé

Né en 1936 à Soloba, Mali, décédé le 14 avril 2016.

Le Mali est passé sous l’œil expert de nombreux photographes reconnus aujourd’hui comme Seydou Keita, Mamadou Konaté ou Malick Sidibé. Celui-ci, prénommé « l’œil de Bamako », fait partie des photographes maliens contemporains des plus reconnus. Son travail débute dans les années 50-60 lorsque le Mali devient indépendant et qu’il découvre la musique venant d’occident comme le twist, le cha-cha, et les bals populaires. Il est alors dans ses premiers débuts l’assistant d’un photographe français à Bamako. Il créera par la suite son propre studio en 1958, le « studio Malick ».

Le travail de Malick Sidibé est centré sur la vie de la population locale dans les années cinquante et soixante, et plus particulièrement de la jeunesse bamakoise. Ses clichés en noir et blanc montrent alors la gaieté des fêtes en tous genres qui s’organisent à Bamako. C’est un travail authentique que Malick Sidibé nous livre, impliquant le spectateur dans cette euphorie de jeunesse de ces années dites yéyé, de cet engouement pour les fêtes qui envahissent les rues de Bamako. Toutes les cérémonies (noces, mariages, baptêmes…etc.) sont prétexte à être photographiées, les modèles sont vêtus de leur plus beaux atours et n’hésitent pas à se faire photographier en studio.

L’artiste élargit notamment ses intérêts photographiques vers les femmes africaines vues de dos. Il démontre par ces clichés qu’il est en constante recherche d’un esthétisme pure, d’une rigueur au niveau des poses, faisant de celles-ci de véritables rituels. Ces photographies nous font découvrir les coutumes d’un pays, une réalité sociale de ces années de prospérité et par conséquent une étude fine de l’évolution du Mali.

C’est en 1994 que Malick Sidibé est découvert aux premières Rencontres de la Photographie Africaine à Bamako. S’ensuivront de nombreuses expositions comme à la Fondation Cartier pour l’art contemporain à Paris, au musée Guggenheim de New York et la National Portrait Gallery de Londres. Il s’est vu remettre un Lion d’or d’honneur à la Biennale d’art contemporain de Venise en 2007.

Les nouveaux circoncis
Malick Sidibé

Les nouveaux circoncis

Année : 1983 (printed 1995)
Édition : Ed. x/x
Hauteur : 54 cm
Largeur : 49,5 cm
En position
Malick Sidibé

En position

Année : c 1974 (tirage postérieur)
Édition : Ed. x/x
Matériaux : Tirage Argentique
Hauteur : 54 cm
Largeur : 50 cm