a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Douglas Gordon

Né en 1966 à Glasgow, Écosse, vit et travaille à Glasgow.

Connu surtout comme un artiste vidéaste, Douglas Gordon utilise des formes variées d’expression: projections vidéos, photographies, installations et textes muraux.
Paradoxalement il est sans doute l’un des artistes qui rejette le plus vigoureusement la notion de style personnel. Il travaille sur l’appropriation d’images qu’il détourne, met en scène dans un contexte différent. Dans cette optique les expositions deviennent l’élément essentiel de l’expression de l’artiste.

C’est grâce à cette diversité qu’il enrichit son Œuvre. Par l’utilisation de tous les moyens qui lui sont offerts il détourne les images issues de la culture populaire ou du cinéma et crée un nouveau langage résultant des dysfonctionnements de la mémoire – le détournement de l’image s’opère dans un premier temps dans une mémoire défaillante – : ses images prennent alors une autre allure, une autre forme.

Lauréat du prestigieux Turner prize 1996, il est après Robert Rauschenberg, le second artiste à avoir eu le privilège d’être exposé en 2006 au MOMA, à New York, avant l’âge de quarante ans.

L’œuvre que nous proposons pour cette exposition est tirée de la série The Blind Star (2002) et qui s’intitule Blind Liz Taylor. Cette série rassemble des photos découpées représentant des grandes célébrités d’Hollywood pendant les années quarante et cinquante, comme Gary Grant, Kim Novak, Bette Davis ou Marilyn Monroe. Notre photographie concerne l’actrice américaine Elizabeth Taylor. En énucléant les portraits de ces vedettes, l’artiste questionne le rapport au regard et à la mémoire. Cette série à succès, Douglas Gordon l’a exposée également dans l’hôtel de Caumont à Avignon, chez Yvon Lambert. Néanmoins, cette série montre une différence : ces personnages célèbres n’ont pas les yeux et la bouche découpés mais brûlés. Ces étoiles du cinéma deviennent alors des « étoiles » incandescentes, des astres morts.

En se référant au proverbe « les yeux sont le miroir de l’âme », il semble donc que ces personnages aveuglés de miroirs réfléchissants ou par la flamme incandescente, deviennent ainsi dépossédés de leur âme.

Visuel en attente d'autorisation des droits de reproduction et représentation
Douglas Gordon

Blind Liz Taylor’ (Mirror)

Année : 2004
Édition : (pièce unique)
Hauteur : 54 cm
Largeur : 61 cm